Et ce mois-ci, j'ai fêté mon anniversaire. Et pour fêter ça dignement, ma famille m'a fait un cadeau magnifique!! Je vous ai déjà parlé de ma MAC? Une bonne vieille PFAFF 250 (semi-industrielle apparemment) que ma maman avait acheté dans sa jeunesse (donc oui, cette bonne vieille machine a bien 30 ans, je jouais déjà avec quand j'étais petite...). Elle roule super bien (ils construisaient pour durer à l'époque) et vient de se refaire une jeunesse avec une nouvelle courroie. En revanche, en dehors du point droit et de 4 largeurs de zig-zag différentes, elle ne fait pas grand chose d'autre.

Du coup, le Nhom m'a proposé de me faire offrir une nouvelle MAC. Oui, mais laquelle?? Je ne voulais pas d'une machine en plastique comme on en trouve actuellement. Elles sont très bien lorsqu'on s'en sert ponctuellement, mais je les trouve juste trop légère (oui, bon, j'aime bien quand je n'ai pas besoin de courir derrière ma machine pendant que je couds). Alors pendant un bon mois, on a épluché les sites et les forums (le Nhom est devenu incollable en MAC! ;) ). Apparemment Singer s'est endormi sur ses lauriers et Brother produit beaucoup en plastique. Et beaucoup de forums indiquent que la majorité de la production de MAC se fait maintenant en Asie (Chine, Taiwan, Thailande...). On a jeté un coup d'oeil chez Bernina qui produirait encore en Suisse, mais on a appris qu'ils n'y effectuaient que l'assemblage des modèles haut-de-gamme (et honnêtement, leur machines ont l'air sympa, mais coûtent un bras, et avec un bras en moins, ça va pas être facile de coudre...).

Le site de Stecker nous a bien aidé pour réaliser un comparatif des différentes machines qui commençaient à nous plaire. Au début, je pensais juste à une machine qui fasse au moins les boutonnières (oui, parce que du coup, comme la mienne ne les réalise pas, c'était le minimum requis). Et au fur et à mesure qu'on exploitait les différentes possibilités, la surenchère a joué... Et se sont retrouvés dans le top 3 : 2 Pfaff et 1 Janome. Parmi les Pfaff, la C1100 Pro (une semi-pro) et l'Expression Quilt 4.0, et pour la Janome 7700 QCP Horizon.

Alors voilà, après des semaines de visionnage de sites et de forums, on a décidé d'aller visiter la boutique Pfaff dans le centre de Paris, puis un magasin de machines à coudre dans le 8ème (qui devait avoir la Janome et la Pfaff Expression 4.0). Et honnêtement, au Pfaff Center, ils sont polis (ils disent bonjour lorsqu'on entre), mais pas très disponibles (ou alors, c'est parce qu'on est passé un samedi). Et lorsqu'on a finalement réussi à voir quelqu'un... petite déception, c'était une commerciale, une vraie, qui avait toujours autre chose à faire à côté, pas vraiment de temps pour vraiment expliquer ce qui nous intéressait... Bref, au bout d'un moment, on est parti... Finalement, on est allé au Nouveau Comptoir, dans le 8ème. La dame était en train de faire une mise en route pour une personne qui venait d'acheter une machine. Elle me sort quand même l'Expression 4.0 en m'expliquant que pour la Janome, elle l'avait renvoyé au bout de 6 mois parce qu'elle ne lui plaisait pas. Elle me fait une démonstration tranquille avec la Pfaff, m'explique ce qu'il faut m'expliquer. Et par dessus le marché, s'aligne sur les prix du net. Alors avec le Nhom on s'est regardé et on s'est dit : banco! (la table pour le quilting nous a également été offerte, si ça c'est pas la classe!).

Alors voilà, elle ne l'avait pas en stock, mais elle pouvait le commander et la recevoir assez rapidement. Et donc, depuis le 12 octobre au soir, je suis l'heureuse propriétaire d'une Pfaff Expression Quilt 4.0 :-D Je n'ai pas encore eu l'occasion de réellement me faire la main dessus, mais elle est trop belle, elle fait des points vraiment nets et elle possède des petits plus comme la coupure automatique du fil (certes, c'est un gadget, mais on s'y fait très rapidement), l'enfile-aiguille intégré, mais le gros plus, c'est le double entraînement. Enfin, pour l'instant, je suis encore en mode "C'est MON cadeau!!" à sauter partout, à la couver du regard quand je passe à côté et à arborer mon sourire à 100 000 dollars quand j'en parle.

Je ferais un petit billet plus tard (lorsque j'aurai fini ma formation, pour l'instant je suis dans la dernière ligne droite), pour faire un petit point sur cette machine.